Traitements des forêts

[Dernière mise à jour : 17/10/2008]

La gestion forestière durable s’appuie dans une large mesure sur le fonctionnement naturel des écosystèmes en limitant les perturbations sur le milieu. Plusieurs outils d’aide à la décision ont été développés par le CDAF :

 

 

  • la typologie des peuplements: inventaire, diagnostic, cartographie des peuplements irréguliers
  • le traitement de la hêtraie cathédrale: recherche et définition de la norme sylvicole de la hêtraie cathédrale en Forêt de Soignes (Région Bruxelloise) visant à répondre à l’objectif de maintien sur 50 % du massif régional ; mise en place de trois martelodromes pour former et entraîner les gardes à pratiquer cette sylviculture
  • l’éclaircie de rattrapage de pessières trop denses : incidences négatives du retard d’éclaircies, diagnostic de la stabilité des peuplements trop denses, choix de scénarios sylvicoles de rattrapage
  • la lutte préventive contre les risques de chablis : diagnostic des facteurs physiques (vent, relief, sol...), biologiques (essences : enracinement, forme, port, état sanitaire...) et sylvicoles (adéquation stationnelle, densité...) de risques, mesures sylvicoles préventives (choix des essences, sylviculture dynamique, progression des coupes, orientation des trouées...)

 

Aujourd’hui, il est indispensable d’appliquer à la forêt les principes de la gestion durable, seule à même d’assurer sa pérennité à long terme tout en répondant aux besoins économiques, écologiques et sociaux.

 

Dans ce cadre de la multifonctionnalité de la forêt, tout propriétaire peut désormais adhérer à l’une des formes de la gestion forestière durable applicable à son cas particulier.

 

Cette gestion durable doit s'articuler autour de bonnes pratiques sylvicoles pour les travaux et les coupes à programmer dans l’espace et dans le temps, ceci en respect des milieux, de la faune et de la flore : la pérennité de la forêt, sa santé, sa vitalité, ses productions et ses services en dépendent !

  

 

Tous ces principes et objectifs seront progressivement synthétisées dans des GUIDES de TRAITEMENTS DES FORETS parmi lesquels :

 

Accédez directement à la thématique souhaitée en cliquant sur l'un des liens ci-dessous

 

  • desserte et vidange des produits : voirie forestière, cloisonnements sylvicoles et d’exploitation, création et entretien de voiries forestières...
  • aménagements forestiers : principes et documents d’aménagement forestier (parcellaire forestier, typologie, tableau des coupes et des travaux), guide de bonnes pratiques sylvicoles…
  • traitements sylvicoles : par catégorie de peuplement (taillis simples, futaies régulières ou irrégulières, peupleraies, futaies sur taillis, recrûs naturels), objectifs poursuivis, conditions requises et synthèses des opérations sylvicoles conseillées (coupes d’amélioration ou de régénération, conversion, transformation, régularisation, irrégularisation, régénération, travaux d’amélioration…)
  • gestion forestière durable : fonctions de la forêt (économiques, environnementales, sociales) cadre réglementaire (conservation de la nature, protection eau et sol, Natura 2000, certification NOUVEAU), indicateurs de gestion durable, recherche d'une sylviculture à coût modéré, gestion adaptée des futaies régulières ou irrégulières, impacts paysagers de la gestion forestière, techniques d’exploitations plus respectueuses …
  • régénération des peuplements : méthode naturelle ou artificielle, coupe rase, coupes préparatoires, coupes progressives, coupe jardinatoire, semis direct, plantation...
  • amélioration des peuplements : éclaircie des résineux en futaie régulière, éclaircies de rattrapage de pessières trop denses en retard d’éclaircie, critères de martelage en peuplements mélangés et irréguliers…
  • stabilité, santé et vitalité de la forêt : facteurs de risques (chablis, tempêtes, sécheresses, maladies, parasites, gibier, rongeurs…), symptômes et identification, observations et alertes, mesures de lutte préventive et/ou directe…
  •  

 

 

Desserte et vidange des produits


 

La parcelle à reboiser doit être desservie par un réseau de voies d'accès pour faciliter la réalisation du reboisement, la livraison des fournitures, l'entretien des parcelles et l'exploitation future des bois.

 

Ce réseau se compose de 4 types de voies : les routes, les chemins et les pistes, selon leur statut légal et caractéristiques techniques spécifiques, peuvent être empruntés par du charroi forestier ; les sentiers peuvent servir au passage du piéton.

 

 

  

Aménagements forestiers


 

Outil indispensable à la gestion des forêts. L'aménagement forestier regroupe dans l'ensemble des opérations qui ont pour but d'établir un règlement pour son exploitation et son traitement. Aménager une forêt, c'est donc : déterminer le régime et le mode de traitement, fixer l'ordre et la nature des exploitations, évaluer le volume des produits à réaliser pour assurer au propriétaire un revenu annuel soutenu et aussi avantageux que possible.

  

 

  

Traitements sylvicoles


 

Quel que soit le mode de traitement choisi (régime appliqué : taillis, futaie, taillis sous futaie, structure régulière ou non...) toute gestion forestière dynamique (éclaircies fortes et précoces, balivage intensif...) évite tout sacrifice d'exploitation et vise à produire du bois, en quantité, de qualité et au moindre coût.

 

 

Gestion forestière durable


 

« La gestion durable des forêts signifie la gestion et l'utilisation des forêts et des terrains boisés d'une manière et à une intensité telle qu'elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et mondial, et qu'elles ne causent pas de préjudices à d'autres écosystèmes. » Ministerial Conference on the Protection of Forests in Europe

 

Dans l'optique de la gestion forestière durable,  le maintien, le développement et la restauration de peuplements mélangés (mixtes, le cas échéant) et surtout bien structurés par transformation, par enrichissement... sera le gage non seulement d'une plus grande biodiversité mais aussi de productions performantes.

 

 

Régénérer sa forêt


  

Premier enjeu de la gestion forestière durable ! D'une part, si la régénération naturelle est préconisée (patrimoine local préservé, perturbations minimales du milieu et de la faune, coût généralement inférieur. au reboisement...), elle exige une bonne expertise (qualité et distribution des semenciers, fructifications, contraintes stationnelles, potentiel de germination, exigences juvéniles des semis...) et de la patience. D'autre part, le semis direct de graines et les plantations de plants issus de pépinière, à racines nues ou en godet, exigeant des matériels de provenance recommandée et des soins, restent un appoint indispensable : semenciers tarés, indisponibles ou pas en station, végétation néfaste. .

 

 

Amélioration des peuplements forestiers


  

La sylviculture a pour rôle de faire évoluer les peuplements forestiers, en mettant à profit les facteurs écologiques et les potentialités naturelles, afin d'optimiser durablement les produits.

 

Des éclaircies "souhaitables" et "dynamiques" ambitionnent de garantir des peuplements plus stables et  génèrent des gains économiques appréciables en qualité et en quantité pour les produits finaux récoltés.

 

 

Stabilité, santé et vitalité de la forêt


 

Des peuplements mélangés, structurés, dynamiquement éduqués donneront une forêt plus résiliente à même de mieux répondre sanitairement et économiquement aux risques de maladies, de ravageurs et aux aléas climatiques vraisemblables à venir.

Retour : Haut de page